Rozulin

Rozulin

Parmi les nombreuses spécialités traditionnelles de la région de Dubrovnik, que la population locale prépare volontiers encore aujourd’hui, se distingue une boisson appelée rozulin. Cette succulente liqueur à base de rose était préparée au printemps lorsque les jardins étaient décorés de magnifiques roses de l’ancienne sorte Centifolie, qui décoraient autrefois chaque jardin et qui sont aujourd’hui plus rares. Les roses aux plus beaux pétales étaient choisies pour la préparation de la rozulin, leur couleur n’étant pas décisive, même si plus la couleur était intensive, plus la couleur de la liqueur était foncée.

 

Des pétales de roses propres et non traitées qui étaient détachées du pistil puis bien nettoyés, étaient utilisés pour la préparation. Les ménagères les recueillaient dans leur jardin, les plaçaient dans un bocal en verre, les mélangeaient avec du sucre puis les exposaient au soleil jusqu’à ce le sucre ne fonde. Il existe de nombreuses recettes pour préparer cette délicieuse liqueur. Cependant, selon la plupart d’entre elles, le bocal doit être placé au soleil pendant un mois. De l’eau-de-vie, et notamment de l’eau-de-vie de vigne, soit une eau-de-vie au gout et au parfum neutres, était ensuite ajoutée aux roses, afin de faire ressortir le parfum de rose. Le mélange était ensuite de nouveau exposé au soleil au maximum pendant deux mois.

 

La boisson ainsi préparée était égouttée à travers un linge épais, placée dans une bouteille et bien fermée pour être servie durant les occasions spéciales. En fonction de la teneur en alcool, cela permettait d’obtenir une eau-de-vie de rose ou de la liqueur, appelée rozalina, rosolio, rozulin ou rozalina, souvent utilisée dans la région de Dubrovnik comme apéritif, ou pour préparer des spécialités comme la fameuse rožata.

 

Outre pour la rožata, les femmes de Dubrovnik utilisaient la rozalina pour préparer une pâte frite sucrée plus connue sous le nom de « fritule », et ajoutée à la farce afin de lui conférer un arôme particulier et afin d’éviter que la pâte n’absorbe trop de graisse pendant la cuisson. En été, la liqueur était tout particulièrement rafraichissante et volontiers servie en compagnie d’amis. Elle se distinguait par son somptueux parfum et sa couleur jaune intensive. Les ménagères ajoutaient parfois dans la liqueur des épices comme de la coriandre en poudre ou de la cannelle, afin d’enrichir la sensation de boisson alcoolisé succulente, douce et parfumée.